vendredi 23 septembre 2016

Sieranevada - un film de Cristi Puiu

Attention! 2h53, impatients et pressés s'abstenir!
Le film  démarre avec une lenteur calculée, exaspérante, autant pour les protagonistes de l'histoire que pour les spectateurs. C'est voulu, puisqu'il s'agit d'un repas de famille, commémoration  du patriarche défunt, sans cesse retardé. D'abord le pope n'arrive pas, puis les incidents se succèdent. Et pendant que la chorba et les sarmale mijotent, les hommes parlent entre eux, les femmes à la cuisine. Grand déballage: le scandale explose avec l'arrivée de Tony, un des beaux frères.
Roman familial d'une famille nombreuse où règne la mère endeuillée sur les fils et belles-filles . Roman familial ou ballet? la caméra va de groupe en groupe . Elle s'attarde sur le couple de Lary et sa femme qui rêve des marchés flottants de Bangkok et file en douce à Carrefour, très agaçante, bourgeoise dans le genre mégère, puis sur le duo que forme Lary et sa mère, très proches.  On trouve les frères dans une discussion surréaliste autour des thèses complotistes expliquant le 11 septembre jusqu'à l'arrivée du pope qui réunira toute la famille pour la bénédiction. Dès qu'il quitte l'appartement les échanges aigre-doux entre un jeune couple et leur bébé occupent la scène. Les protagonistes sont nombreux. Au bout d'une heure on arrive à peu près à les identifier...on s'attache aux personnalités si diverses qui s'affrontent.
Tragi-comédie, Lary   entre fou-rire et larmes, personnalise l'atmosphère en même temps tragique et loufoque, hystérie et tradition mêlées.

Lecture ethnographique aussi, pour moi qui connais mal la Roumanie, d'une tradition orthodoxe : cérémonie commémorative des 40 jours pour libérer l'âme du défunt, coliva, chants et prières, cadeaux et aumônes aux voisins. Un détail m'a intriguée : la présence supposée du mort : un costume sur son lit que bénit le prêtre et qu'un fils devra porter au repas.
Lecture politique: dans les conversations les non-dits s'accumulent.  L'amie de la famille, ancienne communiste,  subit les reproches d'une jeune femme, et  ne se prive pas de répondre.   Sous-entendus autour du 11 septembre, de Bush, de la guerre en Irak : chacun des frères envoie des signaux que l'on peut interpréter comme autant de critiques de la vie politique roumaine. Silences, passivité envers les autorités, peur, même. C'est un peu obscur pour moi.
Tromperies et adultères sont déballés très crûment, si je m'en tiens aux sous-titres.

Sans parler de la violence routière autour d'une place de parking.
Un film foutraque et barré, comme souvent les romans roumains.  3 heures ou presque où on ne s'ennuie pas du tout!

samedi 10 septembre 2016

Frantz : film d'Ozon



C’est un très beau film,  un film étonnant, troublant. On croit voir des images en Noir et Blanc, et, parfois la couleur l’éclaire. On croit saisir les personnages, Anna, la fidèle fiancée de Frantz,  soldat allemand mort au front, Adrien son ami français  venu fleuri sa tombe, le père inconsolable, droit comme un if, qui chasse Adrien de son cabinet, la mère tendre et attentionnée…
On croit comprendre, la vanité de cette guerre où les puissants, les pères ont envoyé à la boucherie les jeunes, innocents. On croit voir poindre la revanche dans la taverne dans les réunions de patriotes, au café quand on chante la Marseillaise.

On imagine un amour neuf, comme une réconciliation, une promesse de paix.
On découvre le mensonge d’Adrien, le remords, et à nouveau le mensonge d’Anna, la trahison… la folie.
Quand on croit avoir saisi les clés, les symboles, on se rend compte que ce n’est pas ainsi.
Seul, Frantz, pourrait peut être raconter la vérité, faire la paix, pardonner.

 



mardi 28 juin 2016

Love & Fiendship, film de Whit Stillman - Lady Susan Jane Austen

UN LIVRE/UN FILM


Charme, séduction, élégance.
Ainsi peuvent se résumer aussi bien le livre de Jane Austen, le film de Whit Stillman qui est l’adaptation du livre et le caractère de Lady Susan Vernon.
J’ai d’abord vu le film qui vient de sortir sur les écrans. Élégance du générique, présentation des personnages qui quittent le château de Langford, chevaux, voitures, ballet des départs et des arrivées à Churchhill la demeure de Charles et Catherine Vernon. Les dialogues sont légers, spirituels. Chacun et chacune rivalise de politesse surtout quand il s’agit de masquer les réticences et parfois les hostilités. Lady Susan, veuve, s’invite chez son frère, précédée d’une mauvaise réputation. Sans être la bienvenue, elle déploie un enthousiasme de façade pour ses neveux tandis que Catherine Vernon accueille sa belle-sœur avec une hospitalité convenue.
Séduction, hypocrisie, art de la conversation. Reginald de Courcy, se laisse prendre au charme.

Légèreté, ironie, humour et même rire au dépend de la bêtise de Sir James Martin, « presque fiancé » de Frederica, la fille de Lady Susan. Bête « il n’est pas Salomon« , mais très riche, et beau garçon- bon parti inespéré pour Frederica, désargentée, qui ne serait ainsi plus une charge pour sa mère.
Les beaux châteaux irlandais (le film est irlandais) fournissent des décors merveilleux.
Musique parfaite. en harmonie avec les décors. Haendel, Vivaldi, Marc-Antoine charpentier, Grétry et Gossec…avec d’autres musiciens moins célèbres comme Sacchini, Vogel ou Jardin.
Bien sûr, j’ai eu envie de lire le roman de Jane Austen.

Court roman épistolaire, dans un style élégant, très dix-huitième. Facile à lire pour moi, les tournures sophistiquées sont souvent dérivées du français. Je retrouve le ballet des missives, pas toujours bien réglé d’ailleurs, la variété des points de vue selon les personnages. Manipulations et intrigues que mènent de concert Lady Susan et son amie Alicia.
Belle, intelligente, séductrice, sans scrupules, mauvaise mère. Lady Susan doit-elle être blâmée? A-t-elle le choix ? Elle est désargentée,  veuve, contrainte de vivre au dépens de sa famille et de ses relations. A la fin du 18ème siècle , où se déroule l’action, ou même du 19ème (parution du roman posthume en 1871), les femmes sont enfermées dans un rôle mineur. Il faut donc une grande audace pour braver les conventions, choisir un, ou plusieurs amants, se jouer d’eux.


samedi 11 juin 2016

Celui qu'on attendait film franco-arménien de Serge Avédikian




film sympathique où j'ai retrouvé l'Arménie que nous avons visitée avec bonheur.
La simplicité de ces villageois accueillants, naïveté et roublardise, en tout cas gentillesse, joie de vivre et désespoir mêlés.
"votre monnaie c'est le drame, vous avez de l'humour"

Si ce film passe près de chez vous ....

la pazza gioia di virzì:

Deux folles heures en compagnie de Beatrice (Valeria Bruni Tedeschi) d’une famille aristocrate toscane et de Donatella (Micaela Ramazzotti) dans une maison de repos fermée où elles sont soignées sous un placement judiciaire.
Beatrice se comporte comme la propriétaire de la villa Biondi et se promène sous une ombrelle improbable. Elle prend sous sa protection Donatella , une nouvelle arrivante et l’entraîne malgré elle dans une folle équipée. Les soignants sont d’une grande bienveillance tandis que les deux amies en cavale accumulent les aventures.
C’est distrayant, émouvant, souvent drôle. Un film réussi sans grande prétention

samedi 4 juin 2016

le Parrain Coppola et Corléone




Quand je suis allée à Corleone je n’avais jamais vu le Parrain. Grave lacune que j’ai réparée dès notre retour! Extraordinaire Marlon Brando! En revanche vu très peu de Sicile et beaucoup de violence. Au moins maintenant je comprends un peu mieux ce que Mafia veut dire même si c’est la Mafia à l’ancienne où les hommes d’honneur refusent de tremper dans les narcotiques et semblent se contenter des salles de jeu – péché véniel! 




cinema Paradiso



pour l'amour du cinéma et après un séjour à Cefalù